Observation du vendredi 4 avril 2014 : Desastre… puis des astres !

Voila ce que l’on pourrait appeler sauver un événement in-extremis … ou plutôt être sauvés par une courte et rare indulgence de Dame Nature !

En effet, rappelez vous, dans notre post précédent, nous vous avions invités à une soirée d’observation astronomique publique et gratuite à la Maison éclusière de la Petite Camargue Alsacienne les jeudi 3 ou vendredi 4 avril 2014, selon le bon vouloir de la météo.

obs_avril2014___4

L’astronomie pratique est (très!) dépendante de la météo !

Hélas, après presque trois semaines de beau temps ininterrompu, voila que, aux dates prévues par cet événement, nos pas vraiment amis les nuages décident d’entrer dans la danse. Et ça, pour l’astronome, ça veut dire le début des ennuis !

Changements de date, suivi intempestif des prévisions météo, hésitations, décision d’avancer l’observation au 3 avril, décision de desavancer l’observation pour la remettre à la date initiale, re-hésitation, contacts avec les journaux et les autorités de la Petite Camargue Alsacienne, changements des prévisions météo, re-décision d’avancer l’observation au 3 avril, re-contact avec journaux et les autorités de la Petite Camargue Alsacienne, re-changement de la date…

…bref, un imbroglio temporel et météorologique dont seul un prix Nobel pourrait s’en sortir plus tard, nous nous rendons compte que finalement la solution se trouve dans les paroles de la 20eme seconde de la chanson La vie la nuit (un titre très en adéquation avec la vie de l’astronome!), interprétée par le kitchissime mais très philosophique et peu culotté groupe des années 80 Début de soirée, qui proclame « Nous aurions pu choisir, nous avons tout gardé »

…Et c’est donc sur ces sages paroles que nous avons décidé d’assurer une présence le jeudi 3 avril ET le vendredi 4.

Alors autant le dire tout de suite, grâce à la météo déplorable du jeudi 3 avril, nos chances de voir des astres cette nuit-ci était à peu près égale à celle d’une aveugle de naissance avalée par un cachalot qui aurait plongé par 1200 mètres de fond. Na-da !

Après avoir renvoyé chez eux non sans s’être excusés quelques intéressés potentiels ainsi qu’un journaliste venu couvrir le (non) événement, tenu à titre exceptionnel notre réunion bimensuelle habituelle dans la Maison éclusière de la Petite Camargue Alsacienne.

Heureusement, pour un peu nous remonter le moral, Brigitte Goepfert de l’Atelier Couture des As du Temps Libre nous avait fait un délicieux gâteau dont il ne resta bientôt plus une miette !

obs_avril2014___2

La maison éclusière de la Petite Camargue Alsacienne sous les étoiles de printemps (reconstitution utilisant la technique de la nuit américaine)

Puis vint vendredi… au niveau de la météo, la catastrophe se confirmait, nous rappelant au passage qu’entre « des astres » et « désastre », il n’y a que peu de différences.

20h. Gérard Remy, membre de l’Atelier Astronomie ainsi que votre serviteur se rendent quand même sur les lieux de la (non) observation afin d’informer les éventuels téméraires de l’annulation de l’événement pour causes météorologiques (et afin aussi de s’éviter par la suite des commentaires incendiaires sur notre blog et/ou dans le dialogue des lecteurs de la presse locale!)

obs_avril2014___1

Gerard Remy, membre de l’Atelier Astronomie, montrant un astre lors d’une observation à la Maison éclusière de la Petite Camargue Alsacienne (bon, en réalité, il s’agit d’une photo de repérage des lieux traitée avec la technique de la nuit américaine mentionnée ci-dessus, avec en sus un petit photoshoppage pour rajouter les étoiles derrière lui, mais chuuuttt!)

Après avoir renvoyé à leur pénates – météo oblige – un père et sa fille qui venaient régulièrement à nos séances d’observations publiques depuis une quinzaine d’années, d’autres curieux vinrent encore. Un homme de Rixheim, une mère et sa fille (origine Hegenheimoise contrôlée), ainsi qu’un père et son fils (quand on vous dit que l’astronomie c’est fa-mi-lial !).

Faute de pouvoir observer, nous répondons à leurs questions liées à l’astronomie, et notamment sur les distances gigantesques qui nous séparent des autres étoiles, y compris la plus proche de la terre (le système Alpha du CentaureProxima du Centaure) qui nécessiteraient plus de 80.000 ans de voyage avec nos fusées les plus avancées pour s’y rendre. Nous informons aussi les visiteurs quant à l’existence du planétarium virtuel gratuit Stellarium.

obs_avril2014___6

L’univers, c’est… grand !

Puis a force de tchatcher, les minutes passent, les heures aussi, et soudain quelqu’un s’écrie : « Mais… on voit des étoiles ! » Fichtre oui ! Voila qu’un coup de vent à ouvert une brèche dans l’épais manteau nuageux, nous permettant d’observer Sirius, Orion et ses deux belles Bételgeuse et Rigel, Procyon, les Gémeaux, Castor et Pollux, Aldébaran, Capella, et bien sûr la Lune, Jupiter et ses lunes galiléennes.

Incroyable retournement de situation ! Une observation sera finalement possible ! Le changement c’est maintenant ! Le vent à fait Vallser les nuages, récompensant notre bravitude ! Nous avons tenu bon notre pacte d’observabilité et nous avons réussi à couper 50 milliards de molécules d’eau flottant dans les airs sous forme de nuages ! (votez pour nous !)

obs_avril2014___5

La bravitude des astronomes est récompensée (mais pas celle du photographe qui a du se rabattre sur ses images d’archives, du photoshoppage ainsi que toujours et encore de la nuit américaine pour vous livrer cette image à peu près fidèle à ce que nous avons observé…)

Un de nos membres, Gérard Wymann (quelle bande de Gérards quand même !), débarque par l’odeur de l’étoile alléché, armé d’une paire de jumelles montée sur trépied. Et la l’observation commence. La lune avec ses mers et cratères, sans parler de son terminateur (qui n’en veut absolument pas à Sarah Connor !), mais aussi Jupiter et ses lunes galiléennes, bref un spectacle merveilleux même au bout d’une (bonne) paire de jumelles montée sur trépied.

Un spectacle superbe et inespéré, ce qui le rend encore plus beau, à voir à l’oeil nu ou aux instruments.

obs_avril2014___3

L’oeil, premier instrument de l’astronome… cet être nocturne confronté dès lors qu’il veut observer à l’oculaire du télescope au douloureux dilemme : « Lunettes ou lentilles ? »… ah, si j’avais encore les yeux de mes 20 ans…

Après cette observation sauvée sur le fil, nous sommes chacun rentrés chez nous, les yeux et la tête pleine d’étoiles, mais aussi de projets, le premier étant de tenter de remettre ça dès ce mois de mai, même lieu, même lune, même heure mais espérons avec une meilleure météo globale.

Ainsi si en avril le ciel ne s’est découvert que d’un fil, espérons que le ciel de mai nous fera… ce qui nous plaît !

Merci à tous ceux qui sont venus nous voir ces deux soirs, malgré une météo décidément peu coopérative dans l’ensemble.

Publicités

A propos astrosaintlouisneuweg

Blog officiel de l'Atelier Astronomie des As du Temps Libre de Saint-Louis Neuweg
Cet article, publié dans Observation, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s